Pages

lundi 18 juin 2018

La vie avec l'hyperphagie #1 : Le petit déjeuner du Dimanche

Source Google Image

Ce matin c'est Dimanche. Je me suis réveillée à neuf heures et demi, ce qui est plutôt tôt pour moi. Dehors il y a du soleil, un peu couvert. Il fait bon, il y a plusieurs passant-e-s dans ma rue pourtant résidentielle.
J'ai envie d'un ptit déj' de Dimanche. Comme quand j'étais en couple, il allait chercher des viennoiseries et on regardait American Dad en se régalant et en fumant de la came.
Ou bien alors comme avec lui, quand on allait chercher des pains au chocolat sans avoir dormi, après avoir fait l'amour pendant dix heures, chargés d'hormones, la ville pleine de paillettes et d'arc en ciel quand bien même il tombait des trombes. On trottait à moitié, riants, le chien ravi derrière ou devant. On se posait ensuite dans le lit, l'un sur l'autre, le temps de reprendre des forces... Et de s'aimer encore.
Lui c'était les pains au chocolat et le café trop fort. L'autre, les croissants et le Nesquick.
Toujours j'aimais faire ça bien. Même sans trop de moyens. Les passer au four, légèrement. Les déposer dans des assiettes avec du sopalin. Accompagner avec un fruit, une jolie tasse, et un origami.

Source Google image


Je vais prendre une douche en écoutant Médine.
Il est encore assez tôt, je prends le temps de poser un soin sur mes cheveux. J'ai cédé il y a quelques mois, alors que je tenais bon pour me dépolluer des silicones. J'ai eu une opportunité de faire un client, un truc facile et rapide, il me fallait de beaux cheveux de magazine, alors vlan, j'ai balancé un soin siliconés plein d'agents lissants.
J'enfile un jean délavé, presque blanc, un tee shirt gris et une paire de Docs 16 trous. Je pose un peu de mascara, du baume à lèvres, je prends ma jolie pochette brodée et mes lunettes de soleil. Je me sens bien.
J'embrasse mes quatre chats en partant. Ils peuvent rester à la maison, j'en ai pas pour longtemps, et puis surtout mon ex est là. Il cherche un film ou un épisode sympa, "un truc nouveau" que j'ai précisé quand il s'est proposé à la vidéothèque. Mon plus petit me touche le nez avec sa patte quand je le prends à bras. Il me fait rire.

Ma Lily


Je visse mes écouteurs, cette fois ci c'est four no blondes qui me demande ce qu'il se passe à tue-tête dans mes écouteurs. Je marche vite, mon corps chauffe, j'adore cette sensation. J'aime tellement bouger depuis que je suis plus légère. Avant, j'étais essoufflée, trempée, et surtout je souffrais terriblement des chevilles. Là, j'ai envie de courir, et à vrai dire rien ne m'en empêche si ce n'est que flâner au rythme de la musique, c'est sympa aussi.

J'arrive dans une boulangerie, pas la plus proche de mon appart', celle plus bas. Je l'aime bien, moins que celle près de mon travail qui est à se damner, mais je l'aime bien. En plus, les viennoiseries y sont petites.
Il y a beaucoup de monde, bien sûr, c'est Dimanche, c'est la fête des pères, c'est le jour d'aller voir les grands parents encore vivants à la maison de retraite ou dans leur logement.
Les gens achètent du pain et des gâteaux. J'aperçois les viennoiseries. Il n'y en a plus beaucoup, j'espère que ça va aller.
Mon tour arrive. Derrière moi, la queue a encore doublé, il y a bien quinze personnes, et beaucoup sont accompagnées. D'ailleurs ça déborde jusqu'au trottoir, et les gens de la boucherie discutent avec ceux de la boulangerie, de même que ceux de la fromagerie discutent avec ceux de la boulangerie et avec ceux de chez la fleuriste.
J'adore cette ambiance.

Illustration, Rue de Poteau 18eme, source Google image


"Bonjour Mademoiselle!"
C'est la boulangère, une dame la soixantaine entamée. On commence à se connaître un peu, je suis venue chercher beaucoup de pain complet à une époque, et je m'arrête hélas régulièrement chiper un pain au chocolat en rentrant du travail...
"Bonjour Madame!", que je réponds, tournant par la même 300 fois ma langue pour ne pas lui faire savoir que moi aussi, c'est Madame, et que non, je ne suis pas mariée. "Il vous resterait deux croissants et deux pains au chocolat?".
La boulangère s'affaire, "Bien sûr, bien sûr! Il m'en reste plein! Et vous savez quoi, vous êtes chanceuse, aujourd'hui pour deux viennoiseries identiques achetées, on vous en offre une troisième!".
Elle me dit tout ça en enfournant les six viennoiseries dans deux sacs distincts, portant un grand sourire. Et moi, à ce moment là, j'ai le sentiment que la Terre est en train de se dérober sous mes pas.

Source Google Image

Je n'étais pas prête. Déjà, j'étais pas vraiment fière de me trouver là, à m'autoriser un ptit déj du Dimanche vu la semaine atroce que je venais de passer au niveau de mon alimentation. J'avais prit du poids, eu du mal à rentrer dans mes robes de l'an dernier, ça n'allait pas.
Alors, tout se fige, même le temps.
Dans ma tête soudain, le chaos.
Toutes les Sali' parlent en même temps. Il y a la filoute qui est heureuse d'être bien tombée, l'anorexique qui hurle et qui panique, la boulimique qui s'excite à n'en plus pouvoir, la raisonnable qui dit "fais quelque chose! Ne prends pas celles en plus", l'impulsive qui dit "wow, on va pas les déclarer et se les garder pour nous toutes seules héhéhé!", la pauvre qui calcule son économie, la revêche qui me regarde de haut "et tu vas vraiment te laisser engraisser pour un croissant gratuit? Pauvre fille!", la bienveillante et safe qui me caresse de "si tu en as besoin et envie, alors écoute toi, personne ne peut mieux savoir que toi!", la timide qui me presse parce que les gens attendent, la militante vénère qui a envie de péter son scandale, peu importe que papa attende sa forêt noire, la pseudo saine d'esprit qui fait "hou-hou, hou-hou, c'est qu'une histoire de deux viennoiseries Sali, débloque, DEBLOQUE!". Elles sont là, elles et d'autres encore, elles crient trop fort, embrument mon cerveau.
J'ignore combien de temps je suis restée ainsi, un peu interloquée, un peu sonnée, la bouche mi-close.
Finalement, je bredouille : " Hum... Je vous remercie, mais... Je... Je préférerais ne pas profiter de l'offre."
La boulangère fronce les sourcils, déjà en train de taper des trucs sur sa caisse. "Non mais c'est gratuit Mademoiselle je vous l'ai dit!"
Connards de pauvres toujours en train de flipper que ce soit bien gratuit quand on leur dit. C'est gentil de me rassurer mais là en l'occurrence c'est pas le souci.
"Je. Je sais mais malgré ça, je ne souhaite pas en profiter."
Elle relève alors enfin les yeux vers moi, interloquée :
"Mais enfin... pourquoi!?"

Van Gogh, Folie, source Google Image

Il y a tous ces gens derrière, qu'à présent je ne trouve plus très attendrissants. Dire que quelques minutes avant, je me sentais en plein marché des vacances... Bon, à ma charge, je pars loin avec peu de choses, et forcément, plus dure est la chute à chaque fois.
Je perds mes moyens, j'ai envie de pleurer, de partir et de tout laisser là, en plus j'ai même pas le droit d'être là, de manger, mais enfin qu'est ce que je fais?!
Je me reprends, toujours incapable de savoir combien de temps ça dure quand je m'enfonce dans le chaos de mon cerveau. C'est que... Je dois me justifier maintenant!
"Je n'ai pas de raison spécifique, c'est juste que je ne veux que quatre viennoiseries...
- Mais vous pouvez faire plaisir à de la famille ou à des enfants avec les deux autres!
-Madame s'il vous plaît je..."
Une main saisit alors mon bras.
"Bon Mademoiselle, il vous manque combien?"
C'est un homme d'une quarantaine d'années, CSP+, l'air ostensiblement pressé.
Je retire son bras dans un sursaut.
"Quoi? Je... Mais non mais rien! Il ne me manque rien!!"
Puis je me retourne vers la boulangère, jette de nouveau un regard vers le Monsieur.
"Tout ce que je veux, ce sont quatre viennoiseries. Je peux les payer, elles et même plus *je montre mon billet de 10 euros*, mais je NE VEUX PAS plus. Je veux QUATRE viennoiseries. Je suis boulimique, enfin surtout hyperphagique. Vous vendez de bien jolies gâteaux Madame, mais pour moi, c'est de la souffrance et de la mort, toutes ces belles couleurs. Alors s'il vous plaît, laissez moi juste QUATRE viennoiseries. J'ai personne Madame, personne à qui les donner. Ca arrive. Si vous m'en donnez deux de plus, je vais les engloutir là, à même le trottoir, et me faire du mal. Vous comprenez ce que dis?"



La boulangère reste interloquée une seconde, avant de rire en regardant son collègue un peu derrière.
A présent elle s'adresse à moi comme si j'étais subitement devenue arriérée, un peu.
"Oui bon, alors je fais quoi? Vous voulez quoi? Je retire un de chaque, c'est ça, ou vous ne voulez rien du tout en fait?
- J'ai... *Je prends mon arrête nasale entre deux doigt, soulevant ainsi mes lunettes de soleil, que je constate ainsi toujours posées sur moi* Je veux deux pains au chocolat, deux croissants, pas d'offre, c'est tout, s'il vous plaît.
- Oui oui ok c'est bon j'ai bien compris! *elle arrache les sacs originaux puis en prépare deux nouveaux* Alors ça nous fera 3,40.
Je règle, je dis merci-au-revoir, puis je quitte la boulangerie sous les regards en coin de la file d'attente qui a assisté à toute ma scène.
En face, la pharmacie affiche en géant moins 40% sur un produit qui visiblement, grillerait jusqu'à 750 calories par jours, et qui promet de perdre quatre kilos sur un mois. De même pour le tabac presse sur la gauche, dont toutes les unes ont été copiées l'une sur l'autre : "Cette année, on se chouchoute, on s'aime!!", puis un peu plus haut "Moins 5 kilos en 4 semaines avec x programme".

Source : Google image

Je prends mes responsabilités vous savez.
J'ai consentit à me faire mutiler un organe vital pour devenir comme il fallait.
Pour remettre mon corps dans les bonnes courbes, prévenir certaines maladies coûteuses à plusieurs aspects.
Je bousille mes nerfs à mettre en place toutes sortes de suivis, car rien n'est automatique.
On vous diagnostique bipolaire, boulimique, hyperphagique,suicidaire, une sclérose en plaques, un cancer, le SIDA, dans tous les cas c'est pareil : le parcours du combattant pour vous soigner, c'est à vous de le faire.
C'est à vous de perdre des heures au téléphone, à vous de tenter de joindre des services qu'on ne peut contacter qu'en passant par une centrale qui réoriente à chaque appels, c'est à vous de vous lancer chez des toubibs sans savoir ce qu'ils valent, à vous d'attendre, à vous d'avancer des frais, car certes, vous avez eu la chance d'avoir seulement trois mois d'attente pour rencontrer x spécialiste, mais cette visite nécessite une imagerie médicale qui ne pourra se faire que dans six mois en public. Heureusement ce sera deux et demi en privé. Avec Quatre vingt euros sur le parquet. Oui, bon.


Bref, j'ai mis, je mets en place toutes sortes de suivis.
Je prends mes responsabilités. Je les accepte*.
Mais je suis aussi une femme malade, et j'ai besoin d'aide, de soutien.
Je suis une femme seule, terriblement isolée, dont l'émancipation est vitale, vraiment, et je souffre de troubles du comportement alimentaire.
Je ne vous demande pas d'arrêter de manger, d'arrêter de parler de bouffe, d'arrêter de jouir de votre normalité.
Mais j'aimerais vous inviter à prendre ma main toute une journée, pour comprendre.
Que vous soyez des gens normaux qui parlent de nourriture, c'est normal et je ne souhaite pas que ça change.
En revanche, j'aimerais vous montrer comme la lutte que je mène H24, celle qui consiste à ne pas ingurgiter des produits sucrés et transformés sans arrêt, en permanence, est un enfer, quand une simple image est déclencheuse d'une rage dont vous n'imaginez même pas la force.
C'est la machine à café. Les panneaux publicitaires tout le long de la route. Les panneaux publicitaires de l'abri bus. Le vendeur ambulant de gaufres. Les confiseries libre service aux caisses. Le rayon pâtisseries/gâteaux du magasin où il a fallu simplement aller chercher une ramette de papier. La table fournie de tartes au boulot, "Y'en avait une gratuite si j'en achetais deux". Les distributeurs. Les rayons qui explosent. Les suggestions de présentation. Les restaurants. Les pubs sur le net. Les titres des journaux. Les images, partout. Ce sujet, tout le temps. Ce cauchemar, sans cesse.


J'estime que j'ai prit mes responsabilités, et qu'il est injuste qu'une de mes seules alternatives soit de m'enfermer chez moi, loin de cette incitation permanente à bouffer même et surtout sans faim.
Je sais que je ne suis pas seule. Et surtout je sais que si j'ai certes un terrain, il y a aussi un corps pathogène dans cette affaire : l'agro-alimentaire, son système de distribution, sa représentation.
Car si le post traum renforce ou déclenche des troubles psychiatriques tels que les TCA, c'est en partie parce que l'alimentation telle qu'elle existe aujourd'hui est suffisamment pathogène pour être support de comportements troublés et dangereux.
Elle est, en tout cas dans les pays du Nord, mais pas seulement et loin de là, beaucoup trop riche, bourrée d'additifs addictifs, très pauvre en intérêt nutritionnel, tellement saturée de sucre qu'elle met carrément stone, et génératrice de tout un tas de problèmes sur la santé et l'esthétique. Une bonne vraie daube destructrice à petits feux.

Source Google Image


Il y a des acteurs qu'on ne montre jamais du doigt quand on parle de l'obésité et du maintien voire de la montée de certains TCA. (En particulier des excessifs, ou des excessifs associés à du restrictif extrême, par phases)
La nourriture riche énergétiquement n'est pas forcément riche nutritivement.
Ainsi, offrir des kilos de viennoiseries ou de gâteaux bourrés de sucres et de graisses, et bien... Je ne sais pas dans quelle mesure c'est une aide sociale, une lutte contre la faim, ou une intromission dans l'engrenage des produits addictogènes.
Dans quelle mesure les acteurs de la chaîne de notre alimentation ont des responsabilités? Lesquelles sont-elles?
A partir de quand la santé publique prime sur le confort des consommateurs lambda et des valides normaux qui sont en capacité de se gérer devant le sucre et la graisse?
Est-il vraiment possible de garder son self-control face à ces substances?
Et surtout quelles solutions possibles? Comment déterminer les responsabilités de chacun et élaborer des solutions satisfaisantes? A qui faut-il demander des comptes?

Source Google Image


Je rentre, les quatre viennoiseries dans mon sac, honteuse et contrariée. Je tremble. J'ai envie de pleurer.
Machinalement, je décroche l'extrémité d'un croissant, encore sur le chemin.
Directement, ça m'apaise et me fait du bien.
En rentrant à l'appart', je l'ai évidemment englouti.
Ho, juste un petit morceau. Allez, celui ci en plus. Ho bon là, ça fera une moitié. Ho allez, il me restera un quart! Ho bon, je mérite bien ça au final allez!
Cette étrange société qui m'a inculquée que la nourriture était une récompense, un truc cocooning pour se blottir et se soulager.
Il ne me reste que le pain au chocolat pour mon ptit déj' de Dimanche.
Ca me contrarie, ce n'était pas l'image du ptit déj exceptionnel que j'avais eu envie de m'offrir.
Je prépare un chocolat aux noisettes pendant que mon ex chauffe les viennoiseries et sélectionne les épisodes de la série.
Je lui raconte mon aventure. Il est désolé pour moi, il essaye de comprendre pourquoi ça me contrarie à ce point.

C'est avec un demi sourire que je recevrais sa moitié de croissant à lui une fois qu'on se posera dans le canapé, face à l'écran d'ordi.
"Comme ça, ce sera quand même un peu comme t'avais envie."
Dans cette lutte, à tous les coups, on perd.

******************************************

* Note importante : Je parle ici de "responsabilités" dans mon obésité, car j'estime en être responsable dans une certaine mesure, notamment à travers mon comportement alimentaire, sur lequel je pense avoir parfois un poil de contrôle malgré tout, quand je ne suis pas en crise par exemple. Ceci dit je pense que mon action individuelle et personnelle n'a finalement que bien peu d'impact au regard de : la maladie (!!!), l'environnement social (!!!), d'autres facteurs types réactions post traumatiques (!!) etc.
Par ailleurs, parce qu'il faut le rappeler à l'infini : Certaines personnes obèses n'ont pas même une part de responsabilité individuelle au niveau de leur comportement alimentaire.
Et enfin, parce qu'il faut aussi le rappeler à l'infini : "prendre ses responsabilités" face à son obésité, ça ne signifie pas forcément aller se faire charcuter ou se mettre à un régime hypo ou faire un rééquilibrage.
C'est simplement se regarder en face, se poser les bonnes questions sur son obésité (son origine et surtout si elle génère ou non des difficultés spécifiques),  chercher à la comprendre, à vivre avec...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.